Investissements immobiliers

Découvrez comment bien investir votre argent ?

Investir dans l’ancien, quelles contraintes ?

Il est souvent dit que l’investissement dans l’ancien est un placement sûr et qu’il garantit une défiscalisation beaucoup plus intéressante. Or, avant de se lancer, il faut réfléchir longuement en tenant compte de toutes les contraintes qui pourraient réhausser le coût d’investissement ou rendre l’investissement peu rentable. Une série de vérifications s’impose donc.

S’informer sur l’état général du bâtiment

En achetant un logement déjà existant, un investisseur doit se préparer à réaliser quelques rénovations. C’est l’une des contraintes de ce type de placement. En effet, s’il faut réaliser des travaux lourds comme un ravalement de façade ou bien une réfection de la toiture, le coût d’investissement risque de flamber. Il en est de même dans le cas où l’efficacité énergétique du bâtiment n’est pas conforme aux normes en vigueur. Ainsi, avant de signer l’acte de vente, il faut bien évaluer les risques.

Réaliser un diagnostic complet

Lors de l’achat d’un logement ancien, il est également nécessaire de demander l’établissement d’un diagnostic immobilier complet. Le but est de détecter d’éventuels dégâts causés par les intempéries et le temps, ainsi que la présence de divers produits toxiques dans le bâtiment et donc d’évaluer les travaux de réparation à réaliser. Pour obtenir un diagnostic cohérent, il faut  faire appel à un architecte ou bien un organisme spécialisé. Il s’agit d’une démarche assez contraignante et coûteuse. Pourtant, elle est indispensable.

Vérifier la performance phonique et acoustique du logement

Tout investisseur qui décide d’acheter un logement ancien doit également vérifier la performance phonique de l’immeuble. Notons en effet que les règlements la concernant sont de plus en plus stricts. Ainsi, si le logement ne respecte pas les normes, il va falloir organiser des travaux d’isolation. Or, une chose est sûre : la vérification et la réparation sont sources de dépenses supplémentaires.

Vérifier la décence du logement

Avant de conclure l’achat, il est également nécessaire de vérifier si le logement possède les critères de décence requis par la loi. Ils varient selon l’usage du bien immobilier. S’il s’agit d’un appartement à louer en tant que résidence principale par exemple, il faut qu’il se dote d’une superficie d’au moins 9 m² et d’une hauteur de 2,20 m. Il doit également bénéficier d’un minimum de confort. En outre, il faut qu’il soit sécurisant.

Bien choisir l’emplacement du logement

Le choix de l’emplacement du logement est aussi contraignant. Evidemment, le but consiste à louer ou à vendre le logement ancien acquis, il faut donc bien choisir sa situation géographique. Le succès de l’investissement en dépend. En général, il est recommandé d’opter pour un logement situé dans un endroit calme, desservi par les transports communs, se trouvant à proximité d’un commerce et d’une école et moins pollué. Mais bien d’autres critères sont aussi à prendre en compte comme le locataire ciblé.

Etudier la dimension de l’immeuble

Pour que l’investissement aboutisse à un succès, il faut aussi vérifier si la dimension du logement est proportionnelle au prix de vente. Notons en effet, que le loyer dépend pratiquement de la surface habitable. Le client cible et l’emplacement du logement pourraient influer la décision de l’investisseur. Si le logement est destiné à être loué à une famille, il faut qu’il soit bien spacieux. En revanche, s’il se trouve dans une ville universitaire ou un quartier occupé majoritairement par des étudiants, l’idéal est d’opter pour un petit studio ou un petit appartement.